Le “chemsex” une mode qui alerte l’Europe

21 February, 2019 - Olivier

Partie sexuelle à plusieurs (Istock)
Aimez-vous cette destination ?

Contraction des mots “chemical” et “sex”, le chemsex est une mode particulièrement dangereuse qui alerte les pouvoirs publics des pays d’Europe. Les professionnels de la santé tirent la sonnette d’alarme sur cette pratique à très haut risque. Qu’est-ce que le chemsex ?

Le chemsex, c’est quoi ?

Consommer des drogues de synthèse et autres substances psychotropes et psychoactives pour booster les performances et le plaisir sexuel, c’est le principe du chemsex. Associer substances chimiques  d’un côté et sexe de l’autre, voilà en quoi consiste cette pratique qui fait courir d’énormes risques sur la santé de ceux qui s’y adonnent. Si la consommation de drogue associée aux ébats sexuels n’est pas un phénomène nouveau en soi, ce qui alerte les professionnels de la santé à travers toute l’Europe et l’explosion du phénomène.

Le chemsex touche aussi bien la communauté LGBT que les hétérosexuels, toutes les classes d’âges et milieux sociaux. A Londres par exemple, 60% des personnes qui se rendent dans certaines cliniques psychiatriques affirment avoir participé à des orgies de 72 heures sous l’effet de drogues puissantes. Des drogues de synthèse dont la vente a été démocratisée par le biais du Dark Web.

Un homme et une femme dans un lit en intimité (Istock)

Couple en intimité (Istock)

De très gros risques pour la santé

Le chemsex fait peser des gros risque sur la santé des personnes qui le pratiquent. Des risques physiques et psychiques. Des phénomènes de très forte dépendance aux drogues sont constatés par les médecins et les psychiatres et des troubles psychiques graves entraînent une hausse des internements dans les hôpitaux psychiatriques.

L’autre grand risque est celui du développement des maladies sexuellement transmissibles. Car dans bien des cas, sous l’effet délirant des drogues, les participants à ces orgies sexuelles ne mettent pas de préservatif. La communauté médicale s’inquiète fortement de la hausse des cas de transmissions d’hépatite et du VIH.

Eprouvette de laboratoire présentant des résultats d'analyse (Istock)

Test aux MST (Istock)

0 Comments

DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS

« »
Pour recevoir nos bons plans voyage

Inscrivez-vous à notre newsletter